Publié par Style St Barth
Édition N°4 - Juillet 2013 (Première & Pages 16-18)

 

 

Voir l'article original publié

 

Voir la version pdf

 

Génie des objectifs, Marco Glaviano a hissé la photographie de mode au rang d'œuvre d'art majeur. Si sa carrière impressionnante réunit les plus grands de ce monde et les supports les plus prestigieux, le caractère unique de ses clichés réside sans conteste dans l'intensité et la dimension érotico-dramatique de ses portraits.

 

Né à Palerme en Sicile en 1942, Marco Glaviano a toujours été intéressé par l'art. Diplômé d'architecture, décorateur de théâtre, passionné de musique, il aurait pu facilement entamé une carrière dans le monde du design, ou devenir musicien de jazz, mais c'est la photographie qu'il se consacrera finalement en 1962. Son amour pour le jazz ne le quittera d'ailleurs jamais, créant de cette passion une musique série de photos sur les musiciens de jazz en 2007.

 

Photographe à temps  plein des 1967, il travaille allors pour les plus grands magazines italiens. Il déménage à New York en 1975 pour devenir un des photographes majeurs des mythiques magazines Vogue, puis de Harper's Bazaar. Rétissant du travail, il étant son champ d'activité en Europe avec des magazines tels que Vogue ou le Vanity Fair italiens et collaboré dans les années 80 avec Elite Model pour qui il photographie les top modèles les plus prestigieux comme : Paulina Porizkova, Iman, Joan Severance, Anneliese Seubert, Yasmeen Ghauri, Tatiana Sorokko, Eva Herzigova et Cindy Crawford. Considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands photographes au monde, Marco Glaviano peut focaliser son travail sur le plaisir, celui qu'il nous fait partager à travers les pages de son livre et de son exposition en décembre à St Barthélemy organisée par Space Gallery St Barth.

Marco Glaviano Claudia Schiffer, 1991. Photographié pour le magazine VOGUE Italie édition 1991

Quand es-tu venu pour la première fois à St Barth et qu'est-ce qui t'y a amené ?

 

J'y suis venu pour la première fois en décembre 72. Un de mes amis qui était Directeur artistique pour GQ, réalisait de magnifiques photos sur des plages somptueuses. À l'époque il n'y avait rien ici. J'y suis venu quatre fois en six mois et y ai amené le Vogue américain. St Barth est mon lieu préféré alors que j'ai voyagé partout dans le monde et j'y viens aussi souvent que possible.

 

Avec qui as-tu préféré travailler dans ta carrière ?

 

Il y a quatre ou cinq mannequins qui restent dans mon coeur, bien que je ne puisse pas donner un ordre car elles sont toutes différentes : Paulina Poriskova, Cindy Crawford, Eva Herzigova, Satya Arteau et celle qui est devenue ma femme il y a 23 ans, Lisa Glaviano. Elles m'ont toutes beaucoup inspiré et c'est moi qui les ai tous amenées ici pour la première fois.

 

Marco Glaviano Cindy Crawford, 1991

Marco Glaviano Lisa Glaviano, St Barth, St Jean, 1978

Peut-tu me parler de ton exposition prévue à St Barth en janvier ?

 

En janvier c'est le jubilé de mes 40 ans à St Barth et de photos sur l'île. La moitié de mes photos favorites ont été réalisées ici. Je veux rendre un hommage à cette 'île qui m'a donné beaucoup. Il y a 40 ans j'ai aussi eu un rapport très fort avec les St Barths. L'île n'était pas encore touristique et ils m'ont extrêmement bien accueillis. 3 galeries présenteront des oeuvres simultanément : Space SBH (Space Gallery St Barth), le Guanahani et le Tom Beach. Mon livre sera présenté au Guanahani le 28 décembre. A cette occasion, Bruno Magras a accepté de se faire photographier pour le livre et écrira quelques mots de présentation. Pas plus de 100 exemplaires numérotés et signés avec photos originales seront tirés. On espère que certains mannequins présents dans le livre viendront nous honorer de leur présence.

 

 

Tu aurais pu devenir musicien de jazz, quel est le lien entre la musique et la photographie ?

 

Le lien est fort car ce sont deux formes d'art basées sur l'harmonie et la sensation de beauté. Je déteste les photos faites pour épater. La musique est aussi universelle que la photo, il y a un pendant entre une belle photo et un beau son : l'émotion engéndrée est universelle !

 

 

Que souhaiterais-tu aux habitants de St Barth ?

 

Je les remercie beaucoup pour leur générosité, leur simplicité en 40 ans d'accueil. Ils ont réussi, malgré l'évolution de l'île, à conserver le respect pour la nature, l'honnêteté et un certain style de vie.

 

Marco Glaviano Eleonora Abbagnato (St Barth), 2005

GET IN TOUCH

SUBSCRIBE

Full Name *

Email Address *

Copyright © 2024, Art Gallery Websites by ArtCloudCopyright © 2024, Art Gallery Websites by ArtCloud